Bulletin collaboratif de l’équipe de GPI Québec

 

Geneviève Hudon, Conseillère au développement des affaires

Quelle année étrange nous venons de passer…

Le meilleur moyen de bien commencer l’année qui se profile est de faire un bilan de celle qui se termine, et d’en tirer des leçons.

Chaque année comprend son lot de réussites, d’échecs, ses moments agréables et ses déceptions.

À partir du 13 mars 2020, le gouvernement faisait l’annonce d’un confinement suite à la pandémie mondiale de la COVID-19. À aucun moment, nous ne pouvions nous douter que cela allait changer notre vie, autant personnelle que professionnelle. Nous n’étions pas préparés! Décidément, depuis le mois de mars 2020, la pandémie est omniprésente et elle a forcé la mise en place de plusieurs mesures préventives. Bien conscients que cela n’a guère été une tâche facile, nous sommes indéniablement contents de voir l’énergie déployée par notre clientèle afin de relever avec brio ce défi d’envergure!

Depuis le début de cette crise, la santé et la sécurité dans les entreprises ont pris une toute nouvelle signification. À prime abord, la santé des travailleurs est devenue une priorité. Par la même occasion, la sécurité de ces derniers s’est avérée d’autant plus importante. D’une part, il fallait tout mettre en place pour éviter que la COVID-19 fasse son apparition dans les entreprises, mais aussi, il est devenu évident que tout accident de travail allait avoir un impact encore plus néfaste dans des conditions sanitaires fragiles. Il a fallu s’adapter, et mettre en place les recommandations du gouvernement et de la santé publique qui impliquait d’acheter du matériel, de réorganiser les activités de l’entreprise, de mettre en place le télétravail, de revoir les flux et les interactions pour freiner la propagation du virus, d’embaucher du personnel supplémentaire pour renforcer les mesures d’hygiène, ou au contraire, mettre à pied une partie des employés, à cause de la baisse ou de l’arrêt de certaines activités. La productivité a aussi été ébranlée faute de ressources et de main d’œuvre qualifiée.

 

François Gélinas, Ergonome & Préventionniste

Le début de 2021 sera sans aucun doute la continuité de 2020 « sanitairement » parlant. Cependant, j’entrevois 2021 avec enthousiasme. La sécurité demeurera selon moi une partie intégrante de la stratégie des employeurs, entre autres, pour protéger ses employés en raison du manque criant de main d’œuvre. Le défi pour ces derniers sera donc de conserver tout leur personnel en santé ET en sécurité par la poursuite de leurs efforts dans l’amélioration des conditions de travail. Je pense que les entreprises cibleront leurs actions particulièrement sur la prévention de la santé psychologique et au niveau des lésions de types musculosquelettiques. L’ergonomie des postes de travail à risque, autant dans les usines que dans les maisons en raison du fort taux de télétravail, sera prépondérante.

 

Lucie Savoye, Conseillère en prévention

2020, l’année de tous les défis!

2021, on s’améliore et on continue…

Le point positif est qu’en général, les entreprises ont mis tous les moyens en place nécessaires pour freiner la propagation du virus, et efficaces pour garder la pérennité de l’entreprise. De plus, force est de constater que nos entreprises, les espaces collectifs, les outils de travail, etc. n’ont jamais été aussi propres et aussi sûrs pour éviter toute propagation de virus par contact.

Ne serait-il pas logique maintenant de pérenniser ces habitudes, pour freiner toute autre maladie ou virus? Le risque maintenant est effectivement de tourner totalement la page, et de retourner à nos bonnes vieilles habitudes.

Notre défi en 2021 va être de prendre le temps de faire un bilan pour maintenir et pérenniser les acquis de la crise (qui n’est pas terminée!), en revoyant nos procédures liées à la pandémie, en tirant des leçons de ce qui a fonctionné et ce qui devrait être amélioré afin d’être prêts à faire face à d’autres pandémies, aussi dangereuses ou non pour la santé soient-elles (ref : « Il faut dès maintenant se préparer à pire, dit l’OMS » https://lp.ca/rhNTAV. )

 

Jescika Lauzière, Avocate

L’une des questions qui risquent de susciter particulièrement notre attention en 2021 sera sans doute : est-ce qu’un employeur pourrait obliger ses employés à se faire vacciner contre la COVID-19 ?

Cette question est sans précédent. Obliger un employé à se plier à un tel exercice est conséquemment susceptible de violer certains de ses droits fondamentaux. À cet égard, la Charte des droits et libertés de la personne érige au statut de droit fondamental le droit à l’intégrité corporelle, lequel implique la liberté de disposer de notre corps comme bon nous semble. Le droit à la dignité d’un individu peut également entrer en ligne de compte, tout comme la liberté de religion advenant que sa foi lui interdise certaines interventions médicales. De manière plus spécifique, le Code civil du Québec prévoit également que « nul ne peut être soumis sans son consentement à des soins, quelle qu’en soit la nature, qu’il s’agisse d’examens, de prélèvements, de traitements ou de toute autre intervention ». Cependant, tous ces droits ne sont pas absolus et il est possible dans certaines circonstances d’y déroger.

Ainsi, dans le contexte d’une vaccination obligatoire en milieu de travail, un employeur serait appelé à démontrer que cette mesure est celle qui est la moins attentatoire aux droits fondamentaux de ses employés.

Tout porte à croire qu’en raison des principes applicables en droit québécois et en l’absence de directives gouvernementales exigeant la vaccination obligatoire dans les milieux de travail, il est présentement raisonnable de croire que seulement certaines entreprises où il existe un risque accru d’éclosion pourront déployer une politique visant à éliminer les risques de contamination et imposer ainsi des mesures administratives aux employés qui s’opposeraient à la vaccination.

 

Parce qu’il n’a point de bon travail sans humanité, l’équipe de GPI Québec vous souhaite que cette nouvelle année 2021 vous apporte à vous et à votre famille la santé, le bonheur, la joie et la prospérité que vous pouvez espérer.

Soyons positifs, mais testons négatifs !

_____________________

Le présent Bulletin ne constitue pas un avis juridique et a été rédigé uniquement à des fins d’information. Les lecteurs ne devraient pas agir ou s’abstenir d’agir en fonction uniquement du Bulletin. Il est de la responsabilité du lecteur de consulter un professionnel pour l’obtention de conseils juridiques spécifiques à sa problématique.

© GPI Québec inc. Tous droits réservés. La reproduction intégrale et la distribution de ce Bulletin ne sont autorisées à la seule condition que la source y soit indiquée.