Par Karine Rochette, préventionniste & Laurie Noël, technicienne juridique avec la collaboration de Lyne Watier, conseillère senior en gestion des invalidités

2020, nouvelle année qui commence! Nouvelle année veut dire nouvelles résolutions, tant personnelles que professionnelles. Dans les deux cas, il n’y a pas de formule magique. Voici ce qui fonctionne le mieux : planifier, exécuter, vérifier et améliorer. Il est important de mentionner que cette procédure est tout autant efficace en prévention qu’en gestion de la santé et sécurité du travail (SST). Dans une situation de rareté de main-d’œuvre, garder ses employés au travail nécessite, entre autres, une bonne planification pour éliminer les risques à la source et une saine gestion menant au retour au travail. Voici comment vous pouvez gérer vos objectifs et réellement les atteindre.

Planifier : Par où commencer ?

Prévention

Dire qu’on planifie semble facile à dire. Par contre, par où commence-t-on ? En prévention, il est important de cibler les points à améliorer. Pour ce faire, on peut utiliser nos données d’accident de travail (déclarations, Rapports d’enquêtes et registre des accidents) pour en ressortir ce qui revient le plus souvent. Est-ce que vos accidents /incidents sont plus fréquents pour un corps de métier particulier ? Un lieu dans l’entreprise ? Une tâche particulière ? Ou autre ? On peut aussi utiliser des données externes, par exemple, les tolérances zéro ciblées par la CNESST annuellement (par exemple, sécurisation machines depuis 2005 ou travail en hauteur en 2019.  Le sujet 2020 devrait aussi paraître sous peu.). 

Une fois les cibles identifiées, c’est à vous de vous demander si vous avez besoin de plus d’informations (générales ou particulières) concernant ces sujets. Pour trouver des informations, on peut se tourner vers des sources comme la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité de travail (IRSST), les associations sectorielles et paritaires (l’ASP) et bien sûr, les mutuelles de prévention. Ces dernières offrent une panoplie de conférences et de formations sur des sujets autant généraux que spécifiques, vous devriez y trouver votre compte.   Vous pouvez venir assister aux formations qu’elles offrent ou si vous avez beaucoup de gens à former, les formations peuvent se faire dans votre entreprise. Le calendrier officiel des formations 2020 vous sera envoyé dans les prochains jours.

N’hésitez pas à nous contacter pour vous y inscrire.

Gestion

En gestion, on peut se baser sur les cibles déjà identifiées en prévention. Par exemple, si vous avez identifié des problématiques plus importantes d’accidents au niveau lombaire, on peut se demander si on a un plan solide effectif pour l’assignation temporaire à ce type de lésion. Il est important d’identifier des tâches pouvant être effectuées par ces travailleurs en favorisant leur réadaptation et leur consolidation en emploi.

Par la suite, il reste à se faire un calendrier pour l’année, tout en respectant la réalité de l’entreprise (périodes achalandées, vacances, disponibilité des ressources, etc.).

Exécuter

Prévention

Rappelez-vous qu’en santé et sécurité, on ne peut rien faire seul. La planification doit comporter des formations, des écrits (politiques, programmes, procédures…), des actions, du coaching et des interventions. Rédiger des politiques est insuffisant. On doit s’assurer que tout le monde dans l’organisation est au courant des changements qui seront apportés dans l’exécution de certaines tâches.

Gestion

En gestion, il est possible de mettre en place des procédures pour que l’assignation temporaire soit facilitée. Par exemple, lorsqu’un travailleur déclare un événement, une enveloppe contenant la réclamation, la déclaration d’accident, l’attestation médicale et un formulaire d’assignation temporaire adapté à l’entreprise et /ou au siège de lésion sera remis et expliqué au travailleur. Cela facilite la gestion du dossier et évite les pertes de temps, autant pour les gestionnaires que pour les travailleurs.

Aussi, personne ne remet en question l’importance de garder contact avec un employé absent afin que le lien qui le retient avec l’entreprise et ses collègues de travail.  Un employé parti durant plusieurs mois craindra moins son retour au travail s’il a eu des contacts fréquents avec son employeur (appel du gestionnaire, communications des RH, invitation au party de Noël, etc.).

Les canaux de communication doivent aussi être ouverts entre le gestionnaire de plancher et le responsable des RH. La coopération est nécessaire à tous les niveaux. 

Vérifier

Prévention

La vérification doit aussi faire partie du plan. Même si tout le monde dans l’entreprise est au courant des changements apportés dans l’exécution des tâches, on doit retourner vérifier si c’est effectif. À ce propos, il est intéressant d’utiliser le comité de santé et sécurité (CSS) pour faire ce type de validation. Que vous appeliez cela un audit, une inspection ou une validation… le but est de retourner vérifier si ce que vous croyez qui se fait, se fait toujours et s’assurer que tout est en place pour que ça dure dans le temps. Vous pouvez aussi y vérifier si ce que vous avez mis en place a créé d’autres problématiques qui pourraient mener à d’autres accidents ou à l’effondrement des nouvelles procédures émises. En faisant ces vérifications, il est fortement recommandé de prendre des photos à l’appui, car une image vaut mille mots, mille mots c’est beaucoup de temps et le temps est rarement disponible en entreprise. Cela facilitera la communication de l’écart entre ce qui doit être, et ce qui est réellement.

Gestion

La vérification est toute aussi importante que l’exécution. Elle permet de soulever les lacunes qui pourraient créer des frustrations pour les régler. Ainsi, on évite que les activités planifiées, qui ont été effectuées au prix de plusieurs efforts, ne soient abandonnées prématurément par manque de constance et de rigueur.

Améliorer

Prévention et Gestion

Cette étape est de loin la plus importante.  C’est celle qui démontrera le sérieux de ce qui a été mis en place et qui permettra à tous les acteurs de rallier votre projet pour qu’il perdure ; car vous devriez, ici, réduire une partie des frustrations créées par les impondérables du projet.  Par la vérification vous avez certainement relevé des lacunes (car même avec la meilleure volonté, il est pratiquement impossible de réussir à tout prévoir parfaitement dans un projet).  Vous devez donc prendre les moyens pour adresser les lacunes dans le but de les corriger.  Votre rôle ici est d’inviter tout le monde à la table de discussion pour trouver des solutions a ce qui a été trouvé lors de la vérification.  Une fois compromis et solutions trouvées, on recommence le processus au début soit on planifie (les nouvelles façons de faire), on exécute et on s’assure qu’il y a un processus de vérification interne (soit par des audits programmés, des inspections ou autre.

Quelques soit la taille d’une entreprise, c’est par la combinaison du savoir-faire stratégique entre les responsables de la gestion des RH et de l’expertise opérationnelle que l’atteindre des objectifs de prévention ou de réparation qu’ils se sont fixés seront atteints.

Il est donc primordial de déterminer les rôles et responsabilités de chacun.  D’entrée de jeu, les professionnels en ressources humaines sont responsables de l’établissement d’une stratégie globale en matière de santé et de sécurité du travail. Quant au plan d’action, il sera réalisé en collaboration avec les responsables des opérations (directeurs d’usine, superviseurs, contremaîtres). 

Voici quelques éléments à considérer lors du partage des rôles en matière de SST : 1) décentralisation de la responsabilité de la SST vers le gestionnaire de plancher entre autres dans la cueillette de l’information lors d’incident.  2) sensibiliser les travailleurs qu’ils sont des atouts dans la prévention des accidents, mais dans la réussite des plans autant de prévention des accidents que de retour au travail, etc.

Ces démarches auront un impact direct sur les coûts des réclamations de même que sur tous les coûts associés à la présence au travail. Sur le plan qualitatif, ces efforts de collaboration transformeront l’environnement de travail en un lieu sain et sécuritaire qui favorisera l’efficacité, la productivité tout en améliorant le climat de travail.

Donc puisqu’il vous faut commencer quelque part, pourquoi ne pas faire la liste des projets sst sur lesquels vous avez travaillé l’an passé et y entamer les étapes de vérification et d’amélioration pour les solidifier.  Ainsi, ça vous laissera un délai suffisant pour planifier les activités qui devront se faire cette année sans que la sst ne tombe aux oubliettes.

Bonne chance dans vos projets et n’oubliez pas que votre mutuelle est toujours là pour vous soutenir au besoin.


Le présent Bulletin ne constitue pas un avis juridique et a été rédigé uniquement à des fins d’information. Les lecteurs ne devraient pas agir ou s’abstenir d’agir en fonction uniquement du Bulletin. Il est de la responsabilité du lecteur de consulter un professionnel pour l’obtention de conseils juridiques spécifiques à sa problématique.

© GPI Québec inc. Tous droits réservés. La reproduction intégrale et la distribution de ce Bulletin ne sont autorisées à la seule condition que la source y soit indiquée.